Les feux ayant entraîné l’évacuation de milliers de personnes étaient largement sous contrôle samedi ; les habitants, dans leur grande majorité, ont pu retourner chez eux

Le commissaire des services d’incendie et de secours, Dedi Simchi, a déclaré à la chaîne Kan que les équipes « avaient fait face à environ 250 foyers à travers tout le pays, dont 13 de grande ampleur ».

10 000 personnes ont dû évacuer leurs habitations, qu’elles ont pu retrouver depuis dans leur grande majorité. Des ingénieurs contrôlent actuellement les dégâts subis sur les maisons.

Les sapeurs-pompiers continuaient encore, samedi matin, à se battre contre quelques sinistres, même si une grande partie d’entre eux étaient largement contrôlés.

Selon la Douzième chaîne, un feu était encore actif dans la forêt de Churchill samedi matin. 300 hectares ont été détruits sur le site.

Plusieurs routes ont été fermées à la circulation, selon la police qui a appelé les citoyens à la plus grande vigilance.

Le commandant des sapeurs-pompiers pour le nord du pays, Nizar Fares, a annoncé que six Canadairs avaient repris samedi des opérations dans la zone.

« Les pompiers continuent à lutter obstinément avec pour objectif de stopper la propagation des flammes et de protéger les résidents de Nof Hagalil », a commenté hier Fares. « Dans la nuit, nous nous sommes préparés à continuer nos opérations et, à ce stade, les résidents ne courent plus aucun danger. Les pompiers continueront à mener à bien leur mission pendant toute la journée de samedi et j’appelle le public à obéir aux instructions données par les instances d’urgence », a-t-il ajouté.

Kan a fait savoir qu’un nouveau foyer était apparu dans la région du Mont Dov, à proximité de la frontière libanaise.

Simchi a indiqué que des enquêteurs commençaient à tenter de déterminer l’origine des sinistres mais qu’un grand nombre d’entre eux avaient probablement été entraînés par des facteurs humains.

« Nous ignorons encore pour le moment s’il y eu de la négligence ou une volonté délibérée », a-t-il poursuivi.

Le site d’information Ynet, pour sa part, a cité des responsables de la sécurité témoignant sous couvert d’anonymat et qui auraient fait part de leurs inquiétudes sur d’éventuels incendies volontaires et allumés par des Palestiniens, en Cisjordanie.

En 2016, la responsabilité d’une série de feux qui avaient brûlé des centaines d’hectares, endommagé ou détruit des centaines d’habitations et fait environ 200 blessés du côté israélien avait été attribuée aux Palestiniens. Finalement, personne n’avait été poursuivi dans ces différents incendies volontaires nationalistes.

Des sources palestiniennes ont déclaré, pour leur part, que plusieurs foyers avaient été entraînés par des bonbonnes de gaz lacrymogène et de fumée employées par les soldats israéliens pendant des affrontements qui les avaient opposés à des manifestants palestiniens.

D’autres pays du Moyen-Orient ont aussi été frappés par des incendies dans le contexte d’une vague de chaleur intense qui s’est abattue sur toute la région.

L’un des pays touchés les plus durement est la Syrie, dévastée par la guerre, où trois personnes sont mortes et où des dizaines de personnes ont souffert de problèmes respiratoires au cours des deux derniers jours suite aux feux. Ces derniers ont ravagé de vastes zones boisées, principalement dans la province de Homs, dans le centre du pays, dans la province côtière de Lattaquié et à Tartous, à l’ouest du pays.

Au Liban, les sapeurs-pompiers, avec le soutien des hélicoptères de l’armée, ont lutté contre les flammes dans le nord, le centre et le sud du pays. Un important sinistre qui s’est déclenché dans le village de Bater, dans le sud du pays, a anéanti des centaines de pins et s’est dangereusement rapproché des habitations avant d’être maîtrisé. Plusieurs mines sur la frontière avec Israël ont explosé en raison du feu.

Vendredi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a organisé en urgence des consultations sur ces incendies, disant qu’il lancerait un appel à l’aide internationale si la situation devait se détériorer.

« J’ai reçu des informations en temps réel du chef du département des incendies et je lui ai demandé de s’assurer que nous utilisions bien toutes nos ressources et que, si c’était nécessaire, il fallait réfléchir à l’aide internationale », a écrit Netanyahu sur Twitter après avoir rencontré des responsables de la sécurité intérieure, de la police et du Conseil national de sécurité.

Un communiqué de son bureau a également fait savoir qu’il lui avait été garanti que la situation était dorénavant sous contrôle et que les pompiers étaient soutenus par les forces de police et par les soldats du Commandement du front intérieur de l’armée israélienne.

Israël avait formé une alliance régionale de lutte contre les incendies avec Chypre et la Grèce après les feux qui avaient dévasté l’Etat juif en 2016.

Le pays avait été dans l’obligation de demander à ses alliés d’envoyer des Canadairs et d’autres équipements et personnels pour combattre les sinistres, qui avaient également largement été causés par une vague de chaleur de fin d’automne marquée par un temps sec et par des vents forts.

En plus des flammes qui ont touché les abords de Nof Hagalil, les pompiers ont également lutté contre d’importants incendies qui se sont déclarés vendredi aux abords de six autres communautés, provoquant l’évacuation de milliers de personnes.

Dans l’implantation de Kfar HaOranim, en Cisjordanie, une implantation située près de la ville de Modiin, plusieurs maisons ont été détruites avant que les pompiers ne parviennent à maîtriser le sinistre.

L’armée a fait savoir que des dizaines de soldats avaient été déployés au sein de l’implantation de Mevo Dotan, ainsi qu’à Bat Hefer, dans le centre du pays, pour aider à l’évacuation des familles dont l’habitation était directement menacée par les flammes.

Il y a eu également un important incendie à proximité d’Umm al-Qutuf, à l’est de Hadera. Environ 13 équipes de sapeurs-pompiers ont été déléguées sur les lieux. Les résidents ont été évacués de ce village arabe, tout comme ceux des villes voisines de Kafr Qara et d’Arara.

D’autres feux se sont déclarés, par ailleurs, près des villes de Hadera, Emek Hefer, Nazareth, Umm al-Qutuf, Fureidis, Margaliot et Lapidot.

En Cisjordanie, la défense civile palestinienne a combattu 60 sinistres dans des zones placées sous le contrôle de l’Autorité palestinienne.

C’est une vague de chaleur rare, en ce mois d’octobre, qui s’est abattue jeudi sur l’Etat juif, avec des températures écrasantes dans de nombreuses zones du pays dans le sillage d’un été particulièrement caniculaire.

View of the damage caused to a house during a wildfire in Kfar HaOranim, near the city of Modiin, on October 9, 2020. Photo by Yossi Aloni/Flash90 *** Local Caption *** שריפה בית

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *